Professionnalisation

À jour en Février 2018

Écrit par les experts Ooreka

Professionnalisation ou apprentissage, dans ces deux cas, il est impératif d'avoir signé un contrat.

Cette formation en alternance sera déterminée en fonction de votre projet et votre parcours professionnel

Qu'est-ce que la professionnalisation ?

Senior bras croises dans bureau

La professionnalisation comme l'apprentissage permet d'alterner formation et travail en entreprise.

Ce dispositif a pour objectif d'assurer des formations en fonction des besoins des différents secteurs d'activité et cela dans un cadre plus souple que l'apprentissage.

  • De ce fait, les 200 branches professionnelles ont la possibilité de définir leurs propres modalités d'application.
  • À défaut de signature d'un accord spécifique, seules les dispositions dictées par la loi s'appliquent.

Qui est concerné ?

La professionnalisation est adaptée à différents publics, c'est-à-dire :

  • elle s'adresse à des jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus ;
  • elle permet de réinsérer les demandeurs d'emploi âgés de 26 ans et plus, en leur offrant une qualification professionnelle dans un domaine bien spécifique ;
  • les salariés en CDI dont la qualification n'est plus adaptée, peuvent aussi bénéficier de la professionnalisation ;
  • elle est aussi proposée à des jeunes diplômés du supérieur qui souhaitent poursuivre leurs études.

La professionnalisation est aussi accessible :

  • aux bénéficiaires du RSA ;
  • aux bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique ;
  • aux bénéficiaires de l'allocation pour les adultes handicapés ;
  • aux personnes ayant bénéficié d'un contrat unique d'insertion.

Toutes ces personnes peuvent être recrutées par toutes les entreprises et les sociétés d'intérim, exception faite des entreprises publiques.

Pour ce faire, un contrat de professionnalisation a été mis en place en 2004. Il est donc beaucoup plus récent que le contrat d'apprentissage.

Professionnalisation : pour quel type de formation ?

La professionnalisation concerne plus particulièrement les formations de courte durée qui sont adaptées aux besoins des recrutements des entreprises.

Celles-ci débouchent généralement sur :

  • une certification de qualification professionnelle (CQP) ;
  • ou un titre répertorié.

Ces certificats sont reconnus par la profession.

Professionnalisation : où se former ?

Ce sont les différentes branches professionnelles qui développent des formations selon leurs besoins (comme l'hôtellerie, la restauration, la presse). Pour ce faire, elles deviennent maîtres d'œuvre.

Ces formations se font en partenariat avec des organismes de formation. L'alternant a pour avantage d'avoir une rémunération et une formation gratuite contre un travail.

Comment s'effectue le suivi de la formation ?

C'est l'entreprise qui décide de l'encadrement à mettre en place pour assurer le suivi de l'alternant. Cependant, ce n'est pas une obligation.

En général, l'entreprise nomme un salarié de l'entreprise qui sera le tuteur de l'alternant, il sera en charge de l'assister et de l'encadrer durant toute la durée de la formation.

En ce qui concerne les organismes de formation, ce sont les branches professionnelles qui décident de choisir les centres de formation avec lesquels elles souhaitent travailler.

Contrairement, à l'apprentissage, il n'y a aucune règle qui fixe et organise le suivi de l'alternant.

Professionnalisation : qu'en est-il du salaire ?

La rémunération varie en fonction de l'âge de l'alternant et du type de diplôme déjà obtenu.

  • Avant 21 ans :
    • 55 % du SMIC pour une qualification inférieure au bac professionnel ou équivalent ;
    • 65 % du SMIC dans le cas contraire.
  • 21 ans à 25 ans :
    • 70 % du SMIC pour une qualification inférieure au bac professionnel ou équivalent ;
    • 80 % du SMIC dans le cas contraire.
  • 26 ans et plus : le salarié doit percevoir au moins le SMIC ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective.

Certaines branches professionnelles, pour encourager le dispositif de la professionnalisation, envisagent une rémunération supérieure au minimum légal, comme le bâtiment et les travaux publics ou encore l'automobile.



Pour aller plus loin


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !